Comment enseigne-t-on les Langues Vivantes en CPGE littéraire?

previous arrow
next arrow
Slider

L’hypokhâgne (première année)

Année d’exploration, elle s’articule autour de quatre axes complémentaires :

  • L’approfondissement de la maîtrise de la langue avec une reprise des principaux points de grammaire, révision des conjugaisons et acquisition du vocabulaire en contexte, au fil des thèmes abordés en cours.
  • La version (traduction de la langue vivante vers le français) et l’apprentissage des techniques de traduction à partir de textes littéraires.
  • Le commentaire de textes littéraires en langue originale à travers une analyse commune en cours. Poésie, théâtre, roman et essai sont abordés et participent à la construction d’une culture vivante et solide en littérature et civilisation.
  • La lecture des quotidiens et hebdomadaires permet en outre d’aborder les grandes questions d’actualité.

 

Ces quatre aspects sont étroitement liés. La maîtrise de la langue constitue bien sûr un préalable nécessaire à tout le reste. La version s’appuie sur l’analyse littéraire du texte à traduire. Profondément ancrée dans les interrogations de son temps, la littérature d’une aire culturelle donne enfin les clés pour comprendre l’argumentaire et l’arrière-plan des textes de presse.

previous arrow
next arrow
Slider

La khâgne (deuxième année)

Dans la continuité de la première année, la khâgne entraîne plus spécifiquement aux épreuves du concours, version et commentaire littéraire pour l’écrit, commentaire d’un texte littéraire ou de presse – en fonction de la filière retenue – pour l’oral.

Ce cours ne se limite cependant pas à la seule acquisition de connaissances et de méthodes visant à  obtenir la meilleure note possible à l’épreuve du concours.

Il a aussi pour ambition de vous faire partager notre goût pour la littérature en langue étrangère, de vous faire voyager dans des contrées inconnues de vous, de vous donner, enfin, envie de voler de vos propres ailes et de lire sans retenue en version originale.

La spécialité langues vivantes

En khâgne Lyon, la spécialité en langue vivante s’organise de la façon suivante :

  • 3h de version et commentaire littéraire
  • 2h de thème littéraire
  • 2h d’étude de la presse internationale dans la langue de ma spécialité
  • 2h de LVB ou de langue ancienne
  • 3h de littérature sur programme (poésie, théâtre, roman).

 

En khâgne Ulm, la spécialité (dite « option ») en langue vivante s’organise de la façon suivante :

  • 5h de version et commentaire littéraire préparant aux épreuves écrites et orales
  • 3h de préparation aux épreuves écrites spécifiques (version et court thème ou commentaire littéraire) et à l’épreuve orale de littérature sur programme (poésie, théâtre, roman).
  • 2h de littérature LVB
previous arrow
next arrow
Slider

LVA, LVB … et pourquoi pas les deux ?

L’hypokhâgne offre la possibilité de progresser réellement en langues vivantes grâce à un horaire de 4h en LVB comme en LVA – qu’il est toutefois possible de réduire à 2h de LVB en fonction de sa charge de travail.

Ce volume horaire apporte une ouverture supplémentaire au monde, et des compétences de plus en plus essentielles dans la suite des parcours d’études puis professionnels.

De plus, si vous êtes tenté par les concours des écoles de management, des IEP ou de l’ESIT, etc. – accessibles via la BEL, il est indispensable de garder deux langues  (dont l’anglais). Il convient donc de voir les deux heures hebdomadaires de LVB en khâgne comme un investissement raisonné sur son avenir.

Les horaires de CPGE littéraires offrent ainsi la possibilité d’étudier les langues vivantes à hauteur de 7 heures hebdomadaires pour les non-spécialistes et de 12 heures pour les spécialistes (en fonction de la filière choisie).